Voilà plusieurs années que, dans le plus grand secret, il écrit. A l'insu de tous, de ses collaborateurs, de sa hiérarchie, de ses amis et même de son épouse, il écrit. Tout et n'importe quoi. C'est un besoin chez lui. Plus encore que le besoin c'est une soif inextinguible d'être enfin reconnu parmi les grands de la litterature.

Il en a couru des salons, il en a envoyé des manuscrits d'abord aux grands éditeurs puis aux petites maisons, sans jamais qu'une réponse positive ne lui soit donnée.  
Seuls les éditeurs de seconde zone, ceux qui acceptent tout et n'importe quoi, pourvu que l'auteur veuille bien financer lui même les frais inhérents à toute parution et les bénéfices qu'ils en tirent sur son dos.
Alors en désespoir de cause, il s'est tourné vers les concours, les prix de bas étages que des associations, des municipalités ou autres, organisent ici et là ! Jamais il n'a été nominé, jamais reconnu, jamais distingué.

Alors l'idée lui est venue. Il va forcer le destin.

Enfin on va parler de lui, enfin son nom sera affiché sur les cymaises de ces salons où sont distribués ces prix auxquels il a consacré tous ses instants de liberté, pour si peu de résultats.

Enfin il va exister!

Oui mais ... le destin sait parfois s'amuser au détriment de ceux qui veulent le manipuler!