On parle ici du Bol d'Or, course mythique  au Castellet 
;;;;;;;;;;;;;;Le Dimanche on assiste à la ronde des champions, et vers 17 heures les quatre-vingt-mille motards reprennent la route que la gendarmerie leur a entièrement réservée. Vers 21 heures tout est rentré dans l'ordre, le calme est presque revenu. 
Je dis presque, car, parties les grosses cylindrées, restent les jeunes de la commune ou des communes environnantes qui, n'ayant pas les moyens de se payer une Honda ou une Kawasaki, se contentent d'une mobylette, d'une vespa ou d'une 125 d'occasion, mais veulent faire comme leurs aînés : du bruit - beaucoup de bruit - à défaut de vitesse. 
Mais ces engins-là n’ont pas le chant aussi puissant que les gros cubes.  
Alors on les trafique. On perce les échappements, on bricole les silencieux. Tout est bon pour faire le plus de bruit possible. 
On s'en donne d'autant plus à cœur joie, que nul, et surtout pas la Maréchaussée, n'intervient pour faire cesser le vacarme. 
Alors, dans la journée comme en pleine nuit - surtout en pleine nuit - on roule et on se fait plaisir en cassant les oreilles de tout un village. On croit jouer aux grands, on n'est que ridicule méritant tout au plus deux coups de pieds au cul. Quel Ministre, Quel élu, quel responsable aura un jour assez de courage pour faire voter et appliquer une loi draconienne punissant sévèrement ce genre de nuisance gratuite ? 
Qui n'a pas eu un jour envie, en entendant le charivari d'un moteur trafiqué, en pleine nuit et pendant dix minutes, d'étrangler le fautif. 
 
Pour ma part, lorsque au loin j'entends arriver le bruissement d'un vélomoteur, que je sais qu'il va venir crescendo sous ma fenêtre, qu'il va passer à portée de mon fusil, et qu'il va s'éloigner lentement en rugissant et réveillant sur son passage quelques trois ou quatre cents personnes, j'ai envie de l'abattre. Comme un animal nuisible. C'est d'ailleurs ce qu'il est.

........../Un jeune homme trouve la mort sur la route des vacances. (titre de Var Matin, journal local )
« C’est alors qu’il circulait sur son vélomoteur, vers deux heures du matin que Jean-Christophe R. originaire de Tourtour a été froidement abattu par une décharge de chevrotine sur la route nationale 8 entre le Beausset et Evenos.  
«Le mobile de ce crime reste pour l’instant inconnu comme le meurtrier. La Brigade de gendarmerie du Beausset, territorialement compétente, a été chargée de l’enquête par le juge d’instruction Bartholomei, nommé responsable du dossier par le parquet de Toulon.»     SUITE dans le Recueil Ebook ou Broché 
L'EBOOK  (130 pages et 7 nouvelles) est en vente chez Amazon pour 3,06 euros.  Vous passerez un bon moment.